banniere
Accueil                  Qui sommes-nous ?                 Charte Qualité                     Contactez-nous

 

Accueil
Qui sommes-nous ?
Charte Qualité
Contactez-nous

 
Anatomie
Tendinite

Capsulite Rétractile


Épicondylite


Entorse du genou
Quoi faire devant une entorse ?
Rupture du LCA

LCA opéré

Syndrome Rotulien
Gonarthrose

Cheville
Entorse de cheville

Prévention des entorses
Tendinite d'Achille

Rupture du Tendon d'Achille

Dos
Douleur de dos

Lombalgie Prévention 
Lombalgie Exercices

Dos & Grossesse
Hernie discale opérée

Muscles
Accident Musculaire

Traitement des Accidents Musculaires

Tennis-Leg

Divers

Conseils au Sportif

Accidents Sportifs

Gym & croissance

Appareillage

Ondes de choc

 



Accident musculaire


Qu'est-ce qu'un accident musculaire ?

Un accident musculaire est une atteinte traumatique d'un muscle.

Il faut bien comprendre qu'un muscle n'est pas uniquement une structure contractile mais fait partie intégrante d'un organe plus vaste, l'unité tendino-musculaire (UTM) qui est le véritable moteur électrique destiné à faire bouger les articulations.

Cet UTM se compose d'un squelette fibreux qui est continu d'une extrémité osseuse où il s'attache, à sa partie terminale et a pour rôle d'assurer la solidité de l'UTM et de transmettre les forces de contraction du muscle. Au sein de ce squelette, en général à sa partie centrale mais pas toujours, se trouve la partie contractile de l'UTM, le muscle, moteur électrique commandé par les impulsions électriques des nerfs, qui va permettre par sa contraction de stabiliser et de faire bouger les articulations qu'il ponte. Le muscle se trouve ainsi cloisonné par de multiples enveloppes fibreuses, les aponévroses musculaires (ce sont ces aponévroses que l'on appelle des "nerfs" dans le steak du boucher).

Les accidents musculaires correspondent à l'atteinte de la partie musculaire charnue ou à la jonction avec les tendons. On doit actuellement  parler d'accident musculo-aponévrotique plutôt que musculaire car très souvent l'atteinte est préférentiellement localisée sur le squelette aponévrotique de l'UTM

Comment se fait-on un accident musculaire ?

Pour qu'une Unité Tendino-Musculaire fonctionne bien, il faut qu'elle soit forte, souple et qu'elle se contracte et se décontracte de façon cohérente avec les différentes autres UTM qui interviennent dans les mouvements de ou des articulations concernées. Il y a donc une véritable régulation régionale du mouvement, très complexe qui peut être prise en défaut de temps en temps lors d'activités complexes ou demandant beaucoup de puissance musculaire.

Les accidents musculaires se produisent par 2 mécanismes. D'une part, par un choc direct sur le muscle, c'est la classique "béquille" au niveau de la cuisse dans laquelle le muscle est écrasé par le traumatisme. D'autre part, par la mise en défaut de la régulation du mouvement sur un geste brutal. C'est ce qu'on appelle un accident "intrinsèque" (par opposition au précédent dit extrinsèque). Les 2 mécanismes entraînent des lésions voisines à quelques particularités près.

Pour se faire un accident musculaire intrinsèque (soi-même), il faut faire un geste avec une contraction très puissante en même temps que l'UTM est en plein étirement et à grande vitesse. Les 2 forces antagonistes, étirement et contraction, entraînent des contraintes intra-musculaires qui vont au-delà des possibilités de résistance de l'UTM et provoquent une rupture vraisemblablement d'abord du squelette aponévrotique avant d'entraîner la déchirure des structures contractiles. Les lésions provoquées sont graduelles et vont de quelques fibres musculo-aponévrotiques pour se répandre à l'ensemble de l'UTM dans les lésions les plus graves.

Ces mécanismes lésionnels expliquent bien d'une part les muscles concernés par ces accidents et les activités qui en sont responsables :

  • Les muscles concernés : ils doivent être capables de développer beaucoup de force avec soit peu de possibilités d'étirement ou pontant plusieurs articulations ce qui entraîne un volant d'étirement très important. On retrouve ces muscles sur le membre inférieur et en particulier sur les cuisses. Les 3 principaux muscles concernés sont le quadriceps (devant de la cuisse), les ischio-jambiers (en arrière de la cuisse) et les adducteurs (en dedans de la cuisse). Le 4ème muscle le plus atteint est le jumeau interne (gastrocnémien médial) au niveau du mollet. A eux quatre, ils représentent 90% des accidents musculaires. On peut retrouver d'autres accidents musculaires mais de façon plus rare, sur les abdominaux, les pectoraux, le biceps brachial et le triceps brachial.

  • Les sports responsables : tous les sports nécessitant les membres inférieurs avec des accélérations et des sauts comme le foot, le hand, la course de vitesse... En fonction du muscle concerné, un geste précis est retrouvé. Pour le quadriceps, il s'agit, par exemple, de la préparation du shoot au foot.

Comment suspecter un accident musculaire ?

En général, l'attention est immédiatement attirée sur le muscle incriminé. Lors d'une action brutale, une accélération, un shoot, le sportif ressent une douleur associée ou non à un claquement dans la cuisse ou le mollet l'obligeant à arrêter l'effort voire provoquant la chute. 

Dans les suites immédiates, l'appui au sol peut être douloureux voire impossible. Il faut alors impérativement empêcher le sportif de reprendre l'effort car une aggravation des lésions est possible.

Dans un second temps, la région incriminée peut gonfler et une ecchymose peut apparaître.

La grosse difficulté et le grand danger est de confondre un accident musculaire ave une atteinte du tendon (tendon d'Achille par exemple) ou de son attache sur l'os.  Un avis médical avisé est donc indispensable. Il ne faut jamais oublier que l'on peut marcher même avec un tendon d'Achille rompu.

Que faire en urgence, sur le terrain

A la suite de la blessure, il faut :

Arrêter impérativement le sport, la poursuite du sport pouvant aggraver les lésions.
Mettre au repos la partie atteinte de telle façon que le blessé n'ait pas mal. Ceci peut se faire par le simple arrêt du sport mais peut aussi aller jusqu'à l'immobilisation par un bandage ou l'interdiction d'appui sur la jambe atteinte.
Refroidir la blessure avec de l'eau fraîche ou de la glace (en ayant soin d'intercaler un linge entre la peau et la glace pour éviter les brûlures par le froid) afin de diminuer l'inflammation.
Mettre en place un bandage modérément serré et surélever la partie atteinte par rapport au niveau du thorax.

Par la suite, il est impératif de consulter un médecin pour faire le diagnostic exacte, déterminer l'importance de la déchirure du jumeau interne et mettre en place adéquate.

Comment faire le diagnostic ?

Le diagnostic doit être fait par un médecin, seul professionnel de santé a avoir la compétence diagnostique.

La discussion avec le patient permettra de définir les circonstances de l'accident, d'évaluer la douleur et l'impotence fonctionnelle ainsi que les premiers traitements effectués.

L'examen clinique permettra d'éliminer une autre cause aux douleurs (rupture du tendon, arrachement osseux) et surtout de désigner le muscle atteint, le chef exact et la localisation dans ce muscle.

L'échographie permettra de préciser la localisation exacte de la lésion, son type et la présence et l'importance d'un éventuel hématome. Il est important d'évaluer cet hématome car en fonction de de son volume, il sera peut-être nécessaire de l'évacuer par ponction.

 

A partir de l'examen clinique et de l'échographie, on pourra classifier précisément cet accident musculaire.

Pour classifier un accident musculaire, il faut :

  1. définir quel est le muscle atteint, par exemple le quadriceps (composé de 4 chefs, d'où son nom)

  2. définir le chef musculaire atteint, par exemple le droit fémoral et sa localisation dans ce chef

  3. définir le type exact de la lésion, intra-musculaire, myo-tendineuse...

  4. définir le degré de gravité de la lésion, élongation, déchirure...

Définir la lésion exacte

Comme nous l'avons vu au départ, l'UTM est un organe complexe qui peut varier dans sa forme d'un muscle à l'autre. Certains muscles (comme le biceps brachial) possèdent un tendon d'attache osseux à une extrémité, un muscle ovalaire à sa partie moyenne et un tendon terminal qui s'attache sur l'os à l'autre extrémité. D'autres muscles n'ont pas cette anatomie simple et peuvent avoir un tendon très court, plat, avoir un corps musculaire à plusieurs parties (abdominaux grand-droits) ou une forme plus complexe (plume...) et se terminer non pas sur un os mais sur un autre muscle ou sur une aponévrose. Ceci entraîne des lésions différentes avec des lésions véritablement intra-musculaires mais aussi à la jonction muscle-tendon (myo-tendineuse) ou sur l'attache aponévrotique terminale (désinsertion musculaire comme pour le jumeau interne ou le droit fémoral).

Définir le degré de gravité exacte de la lésion :

La lésion, comme nous l'avons écrit, peut concerner quelques fibres musculaires et aponévrotiques jusqu'à l'ensemble du chef musculaire. Pour simplifier la prise en charge de ces lésions, plusieurs classifications sont utilisées.

La plus simple (mais aussi la plus simpliste) reste la classification en 3 stades qui ont l'avantage d'être bien connues des sportifs :    

  L'ÉLONGATION, accident le plus bénin, qui correspond à l'étirement ou à la déchirure de quelques fibres microscopiques aponévrotiques et musculaires sans saignement. Ce grade n'est pas visible à l'échographie.

  La DÉCHIRURE (ou "CLAQUAGE") est l'accident type avec douleur importante et sensation d'un claquement dans le muscle. Elle correspond à la rupture d'un certain nombre de fibres musculaires et aponévrotiques avec un saignement et une lésion visibles à l'échographie. Il peut exister dans ce grade un hématome dans le muscle.

  La RUPTURE partielle ou complète qui correspond à la rupture visible d'une partie ou de tout le muscle (lorsque le muscle se contracte, on voit apparaître une boule à son niveau).

En fait, s'il est commode de classer ces accidents en 3 catégories, il faut savoir que tout peut se voir depuis la minime élongation jusqu'à la rupture complète et qu'il n'est pas toujours facile de faire "rentrer" un accident dans une catégorie précise.

Un fois que le diagnostic précis aura été fait,
un traitement précis et efficace pourra être mis en place.


Pages complémentaires :
                                            [Tennis-Leg]    [Traitement des accidents musculaires]

 



Accueil Qui sommes-nous ? Charte Qualité Contactez-nous
Avertissement : Tout diagnostic et traitement repose sur un examen clinique nécessitant la présence physique du patient. En conséquence, aucune consultation par l'internet ne pourra être donnée.

Ce site est un site indépendant qui ne bénéficie d'aucun financement extérieur.

Copyright © 2001 by Bertrand Rousseau. All rights reserved