banniere
Accueil                  Qui sommes-nous ?                 Charte Qualité                     Contactez-nous

 

Accueil
Qui sommes-nous ?
Charte Qualité
Contactez-nous

 
Anatomie
Tendinite

Capsulite Rétractile


Épicondylite


Entorse du genou
Que faire devant une entorse ?
Rupture du LCA

LCA opéré

Syndrome Rotulien
Gonarthrose

Cheville
Entorse de cheville

Prévention des entorses
Tendinite d'Achille

Rupture du Tendon d'Achille

Dos
Douleur de dos

Lombalgie Prévention 
Lombalgie Exercices

Dos & Grossesse
Hernie discale opérée

Muscles
Accident Musculaire

Traitement des Accidents Musculaires

Tennis-Leg

Divers

Conseils au Sportif

Accidents Sportifs

Gym & croissance

Appareillage

Ondes de choc

 


Accueil >  Genou > Entorse

Entorse - informations générales

 Qu'est-ce qu'une entorse ?

Une entorse est une atteinte traumatique d'un ligament. Les ligaments sont des haubans tendus d'un os à l'autre. Ils permettant aux surfaces articulaires de rester bien en contact lors des mouvements et assurent ainsi la stabilité de l'articulation.

 Entorse bénigne et entorse grave du genou

Au niveau du genou, il existe 4 ligaments principaux, 2 ligaments latéraux, (interne et externe) situés de chaque côté du genou et 2 ligaments centraux appelés croisés car ils se croisent en plein milieu du genou. Il existe un ligament croisé antérieur (LCA) et un ligament croisé postérieur (LCP).
C'est l'atteinte d'un ou des 2 ligaments croisés qui définit une entorse grave du genou car, en cas de lésion, la stabilité du genou est compromise (surtout pour le LCA).

Entorse bénigne = atteinte des ligaments latéraux

Entorse grave = atteinte du LCA ou du LCP

Il est dons très important de savoir, lors d'une entorse, s'il existe ou non une atteinte d'un ligament croisé.

 Que faire en cas de suspicion d'entorse ?

1. Que faire en urgence, sur le terrain

A la suite de la blessure, il faut :

Arrêter impérativement le sport, la poursuite du sport pouvant aggraver les lésions.
Mettre au repos la partie atteinte de telle façon que le blessé n'ait pas mal. Ceci peut se faire par le simple arrêt du sport mais peut aussi aller jusqu'à l'immobilisation par un bandage ou l'interdiction d'appui sur la jambe atteinte.
Refroidir la blessure avec de l'eau fraîche ou de la glace (en ayant soin d'intercaler un linge entre la peau et la glace pour éviter les brûlures par le froid) afin de diminuer l'inflammation.
Mettre en place un bandage modérément serré et surélever la partie atteinte par rapport au niveau du thorax pour les entorses qui ont tendance à gonfler.

2. Doit-on consulter ? Qui et quand ?

L'idéal est de pouvoir consulter son médecin habituel en urgence. Si cela n'est pas possible (le soir, les week-end et jours fériés), deux attitudes sont possibles :

Si la gêne est peu importante, il est possible de patienter 24 à 48 heures avant de consulter son médecin en respectant les conseils donnés ci-dessus (les glaçages peuvent être effectués 3 à 4 fois par jour).

Sinon une consultation dans un service d'urgences est nécessaire afin d'éliminer une pathologie grave (fracture par exemple). Cette consultation n'empêche absolument pas d'aller consulter son médecin habituel dès que possible afin d'avoir son avis. En cas d'entorse par exemple, une fois une fracture éliminée, il est possible de refuser le plâtre et de reconsulter son médecin ensuite.

 Quel traitement pour l’entorse de genou ?

    Quelle que soit l’entorse, bénigne ou grave, le genou est douloureux, plus ou moins gonflé avec des mobilités diminuées. Un traitement doit être institué.

    Il n’existe aucune justification médicale à la mise en place d’un plâtre dans les entorses du genou.

    En effet, en cas d’entorse bénigne, aucune rupture n’existe et l’immobilisation n’a aucun intérêt. En cas de rupture du LCA, on sait que ce ligament ne se cicatrise pas spontanément même avec une immobilisation. De plus, le fait d’immobiliser le genou va entraîner une fonte musculaire qui va aggraver l’instabilité. Enfin, des complications peuvent survenir avec le plâtre : phlébite voir une embolie pulmonaire, algodystrophie et raideur du genou. Même sans complication, un genou immobilisé pendant 3 semaines nécessitera une rééducation longue et difficile.

Pour ces raisons, nous préférons pratiquer un traitement fonctionnel d’emblée qui associe un traitement médical, une immobilisation relative et rééducation précoce suivant le degré de gravité de l'entorse.
Le traitement médical associe antalgique, anti-inflammatoire voir une ponction du genou s'il est très gonflé.
L'immobilisation relative consiste soit à une genouillère antalgique en cas d'entorse bénigne, soit un attelle rigide amovible en cas d'entorse grave qui permet la marche avec appui.
La rééducation est instituée précocement dès que le genou est moins douloureux et gonflé.

mise à jour 30/04/2012


Pages complémentaires :
             [Informations rupture du LCA]  [Que faire en cas d'entorse du genou ?]
[Laximétrie informatisée]

Accueil Qui sommes-nous ? Charte Qualité Contactez-nous
Avertissement : Tout diagnostic et traitement repose sur un examen clinique nécessitant la présence physique du patient. En conséquence, aucune consultation par l'internet ne pourra être donnée.

Ce site est un site indépendant qui ne bénéficie d'aucun financement extérieur.

Copyright © 2001 by Bertrand Rousseau. All rights reserved